samedi 3 mars 2012

FUSILLI DE CECCO... SIAMO A ROMA !


Arrivée tonitruante : devant la gare des manifestations, oh, pas très étoffées, mais il semble que tout la ville soit plus ou moins bloquée. Les taxis sont sur les dents et les "hommes d'affaires" ont oublié tout savoir vivre : ils se précipitent, attaché-case à la main sur toute voiture semblant disponible, grillant allègrement la politesse aux touristes affolés par cette agitation. Bon, on ne leur en veut pas, et la vie est dure aujourd'hui pour les romains !!! On finit par avoir un taxi, on lui donne l'adresse de notre appartement, et on commence à faire des plans sur la comète. Oh, certes, je vais vous raconter nos musées, nos expositions, je vais faire comme si nous étions de purs esprits, mais n'y croyez pas un mot : notre séjour débute par des considérations sur le menu du soir :
- En arrivant, on va acheter des fusilli de Cecco, Siù m'a donné une recette qui devrait être délicieuse
- ?? ah, c'est la suite du billet sur la pasta ?
- Oui, crème et gorgonzola crémeux, tu vois ?? comme pour  le risotto. Et les fusilli, Siù a insisté, il faut que ce soit les de Cecco.
- C'est donc ça la recette que j'ai vue au milieu des billets d'exposition et des réservations diverses ??
- Ben oui, je l'ai imprimée, c'est plus sûr. Donc, de Cecco, gorgonzola dolce et parmigiano reggiano !!
-  Si, si, sono buonissimi, confermo !!!
Voilà notre chauffeur de taxi qui s'en mêle !!!
- Oui, ce sont les meilleurs car les fusilli de Cecco sont particulièrement bien "spiralés", bien serrés, la sauce se "coince" au milieu de la spirale, elle imprègne la pasta, et c'est très, très bon.
On a affaire à une spécialiste !!
- Au gorgonzola donc ?
- Oui, vous pouvez mettre quatre formages aussi.
- Quatre, que rajoute-t-on alors ?
- En plus du gorgonzola et du parmigiano, du pecorino, de la mozzarella, du gruyère si vous voulez que ça file... n'oubliez pas la crème bien sûr !


Bien, à peine arrivés, nous filons vers notre petite supérette cachée dans un palais au fond d'une impasse, et nous achetons le nécessaire. Notre dîner sera à la santé de Siù : viva i fusilli !! Sous ces auspices alléchants, notre séjour romain peut commencer. Il sera riche et gourmand !

Ah ! Je sens que vous voulez la recette de "la sauce la plus rapide qui existe per condire la pasta" !! Pendant les 5 dernières minutes de la cuisson des pâtes, on met le gorgonzola en morceaux dans une petite casserole avec de la panna da cucina, pardon, avec de la crème fraîche liquide. On fait cuire à feu doux en tournant doucement et "quand le gorgonzola a fondu, la sauce est prête pour son mariage avec la pasta". On n'a plus qu'à la verser sur les pâtes égouttées, on ajoute éventuellement un peu de muscade râpée, et on sert avec du parmigiano reggiano ! C'était, vous vous en doutez, la recette originale de Siù !! Plus simple, tu meurs, meilleur, tu trouves pas !!! 

28 commentaires:

  1. Comment, qu'est-ce que j'apprends ? Mais nous nous sommes croisées alors ! Bon séjour Michelaise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AH Odile... Tu aurais pu me reconnaitre à cause de mon avatar... mais moi, je n'ai croisé que ces pruniers en fleurs, aucun cerisier !!! Bon séjour à toi aussi

      Supprimer
  2. Ma non è necessario andare a Roma : troviamo anche qui la pasta Cecco.Nella piccola Italia, vicina al mercato Jean-Talon. Sì, sì : te lo dico. Va be'... devi venire per vedere.

    Saluti di Montréal!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anche noi troviamo la pasta De Decco da noi... mais c'était juste une façon de fêter notre arrivée à Roma, en inaugurant la recette donnée par Siu à l'occasion de mon billet !! une petit clin d'oeil à Siu donc

      Supprimer
    2. Tu sais, il y a un objet de curiosité que tu ne trouveras pas à Roma et pour cause : l'église de la petite Italie, Notre-Dame-de-la Défense, comporte un ensemble de fresques de Guido Nincheri. Nincheri a, entre autres, portraituré... Mussolini à cheval! Et cette fresque n'a jamais été effacée.

      Je sais, par contre, de sources sûres, que certaines Italiennes de Montréal, autrefois de Milan, ont juré de ne jamais mettre les pieds dans cette église à cause de cela...

      Peut-être une idée de reportage!

      Bonne fin de voyage.

      P.S. Dunque abbiamo pure in commune il fatto di parlare italiano?

      Supprimer
    3. Tu as déclenché toute une polémique autour de la pasta, mais, personnellement, je soutiens que la meilleure recette, c'est celle de ma grand-mère, car elle mettait de la poudre de perlimpinpin, transmise, d'ailleurs, à ses filles, le mie zie. La pâte, dans ce cas, importe moins que la sauce, tu l'auras compris... eppure i ricordi!

      Supprimer
    4. E vero, ci sono i ricordi che fanno i sapori !! en tout cas, celles qui nous viennent quand on revit "la pasta de la nonna" !! la mienne, de grand-mère, avait un tour de main inimitable, pour les égoutter en laissant juste ce qu'il fallait d'eau pour leur donner un moelleux extraordinaire. Et la pasta était surtout un met de pauvre, qui devait "caler" avant la suite !
      Quant à l'histoire des fresques de Mussolini, cela me rappelle une histoire inverse : le jour où nous sommes allés dans le cimetière où est enterré Mussolini et toute sa famille. Curieux, nous nous cachions pour trouver la tombe en question, un peu honteux de notre curiosité et persuadés qu'elle était planquée, en tout cas discrète. Nous sommes tombés sur un mausolée hyper fleuri, devant lequel les italiens défilaient sans vergogna (pas comme nous !) et sans le moindre complexe.
      Mussolini dont nous parlions aujourd'hui : nous étions au Palazzo di Venezia, sans doute dans son ancien bureau, celui où il avait mis sa table tout à fait à l'opposé de la porte, imposant aux visiteurs une longue traversée de cette pièce gigantesque. C'était là qu'avait lieu notre expo du jour : roma al tempo di caravaggio !

      Supprimer
  3. Tu sais bien me surprendre Michelaise... merci de ton attention, et merci aussi au chauffeur de taxi romain qui ne m'a pas démenti ! Entretemps tout le monde aura compris que si un plat n'est pas simple comme bonjour + rapide comme un éclair à préparer, et bien il n'a aucune chance d'apparaitre sur ma table...
    En tout cas j'attends tes critiques d'expos, et qui sait quoi encore... con l'acquolina in bocca !

    p.s. Si De Cecco m'offrait quelques paquets de ses pates en contrepartie de ma publicité gratuite, et bien je ne dirais pas non (t'as entendu, Signor De Cecco ??)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'insiste signor de cecco, faut envoyer un grand carton de fusilli à notre amie Siu !!!

      Supprimer
  4. Je suis désolée tu vas croire que je le fais exprès et j'imagine ce que tu pourras penser in petto.
    Mais vraiment je ne peux pas .
    Rien que le mot gorgonzola et j'ai le coeur au bord des lèvres.
    Alors je le dis tout de suite il y en a d'autres qui suivent avocat,mayonnaise,noix de coco.
    Ce n'est pas de ma faute ,j'ai abusé d'un mélange d'écorce et d'aiguilles d'if auquel j'ai cru malin d'ajouter de la moutarde azotée et voila le résultat!
    Tu vas te dire la pauvre petite elle est complètement maboul!!
    Mais non je t'assure c'est ce mélange qui est la cause de ce dégoût.
    Bon maintenant le tour de Siu d'accord pour les de Cecco mais uniquement quand je n'ai pas autre chose à me mettre sous la dent.
    Dans l'industriel je trouve que c'est le meilleur
    C'est pour cela que j'aime les pâtes artisanales du fait de leur rugosité elles absorbent bien la sauce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu as surement raison, chère Alois, je me suis demandé le pourquoi du comment je n'aimerais pas manger des pates artisanales tous les jours, au contraire je les choisis de temps en temps ou à l'intérieur de plats particuliers (que ce n'est pas moi -voir plus haut...- à préparer), et je crois que c'est justement car pour nous tous, à partir de notre première enfance, la pasta vraiment de tous les jours a été sans l'ombre d'un doute la pasta industrielle, et donc elle fait partie de nous en tant qu'etres mangeants, alors que les pates artisanales, meme les meilleures, elles ont un petit quelque chose d'un peu étrange, que moi personnellement j'aime, et au meme temps n'aime pas, voilà, pourvu que ce que j'ai écrit soit compréhensible...

      Supprimer
    2. Devo confessare che sono completamente d'accordo: la pasta si compra o si fa in casa ma non c'è tutto questo discorso, mi pare, in Italia a proposito del modo di fare la pasta. Siccome si mangia ogni giorno, non deve costare tanti soldi!

      Je vais d'ailleurs de ce pas manger due spaghetti fatti colla ricetta della nonna che era... canadese!

      Supprimer
    3. Siu en France nous avons été gavés de pâtes industrielles type Panzani mal cuites dans lesquelles nous mettions du beurre....
      Barilla est arrivé puis de Cecco puis les pâtes artisanales mais il n'y a pas si longtemps que cela et on n'en trouve pas partout
      La première fois que j'ai mangé des pâtes artisanales c'était chez une personne qui est devenue une amie, il y quarante ans,une Italienne,elles les avaient cuites al dente et je me suis dit pour une Italienne elle ne sait pas faire cuire les pâtes!!
      Pauvre de moi!
      Elle m'a appris mon premier pesto ,les pâtes artisanales, le lard de Colonnata,le Culatello

      Supprimer
    4. Alors Aloïs, nous nous contenterons de la pasta al pomodoro, au plus simple, avec un filet d'huile d'olive... pas la peine de te mettre le coeur au bord des lèvres avec nos préparations !!!
      Pas de doute que cette amie italienne t'a appris les vraies repères italiens !

      Supprimer
  5. Tu vas croire aussi que je suis à baffer, mais les fusilli sont toujours bien "spiralés"! Ce qui compte, ce n'est pas tant que ce soient des De Cecco, mais que les pâtes soient cuites dans des moules en bronze ou trafilata al bronzo comme on dit en Italie. C'est cela qui leur donne leur aspect rugueux et qui fait que la sauce accroche bien aux pâtes! Je ne suis pas arrivé à lire la mention sur ton paquet, mais il est possible que j'aie de mauvais yeux!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. GF je vois que nous avons les mêmes valeurs!!!! Génin,les moules en bronze,allez jeter un oeil sur le commentaire que j'avais laissé sur ce même blog il y a quelques jours !!
      Nous risquons de nous croiser un jour manifestement nous avons un peu les mêmes fournisseurs!!

      Supprimer
    2. Allons GF je te rassure "trafilatura ruvida al bronzo" "essiccazione lenta a bassa temperatura", et enfin "lavorata secondo la stessa ricetta di più di 100 anni fa" ! Passons sur ces certificats ... tu n'as donc jamais rencontré de fusilli mal spiralés ?? qui ont le ressort mou ??? allons, ça existe pourtant !!! et là, c'est LA CATA !!!!

      Supprimer
    3. Me voilà rassurée Michelaise! Et non, désolé, je n'ai jamais rencontré de fusilli mal spiralés! Et merci à Françoise pour le lien, je suis tellement en vadrouille en ce moment que je n'avais pas prêté attention aux commentaires sur le précédent billet! Merci aussi de m'avoir signalé les pâtes des Abruzzes, je ferai attention la prochaine fois, mais d'une façon générale, je fais moi-même mes pâtes (ou alors je les achète fraîches chez un traiteur qui les fait venir de Milan). J'en conviens, ça manque peut-être de simplicité dis comme ça, mais la cuisine est le seul luxe que je me permets (avec Cecilia Bartoli)...

      Supprimer
    4. Il faut avoir "ses" luxes GF et les tiens sont très "alléchants" !! Quant aux fusilli mal spiralés, Siu m'a illico envoyé une photo que je ne publierai pas, point trop n'en faut, mais de pâtes qui se "déroulent" à la cuisson tout en arborant fièrement le nom de fusilli !!

      Supprimer
  6. Je t'avais dit que je les aimais toutes, les pâtes! Je pourrais en manger à tous les repas !!!!
    Et justement j'en ai eu fait cette semaine avec du gorgonzola et j'ai ajouté des têtes de brocolis, il ne faut pas exagérer et les légumes ! Toujours ou souvent avec les pasta!!!!!!
    Hier soir, Aloïs, j'ai fait les orecchiette aux poireaux, un régal aux dires de mon Amoureux!!!! De de CeCCO

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, pas de doute, les légumes avec la pasta c'est idéal ! c'est comme cela qu'on néglige de plus en plus la viande sous nos latitudes... orecchiette aux poireaux, je retiens l'idée, avec un peu (beaucoup ?) de crème fraîche forcément Enitram ???!!!

      Supprimer
  7. Si la sauce "se coince entre les spirales" et que tu mets de la crème en plus... j'adopte la recette et mon Astheval fera de même... c'est certain... ;-)
    Très appétissante cette page Michelaise. Merci, merci :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AH Oxy, je me doutais bien qu'avec ma crème, la panna da cucina selon Siu, qui l'a suggérée allégée ou de soja pour la ligne, mais que j'ai mise bien crémeuse de chez la normandie, j'aurais du succès auprès des normandes !!!

      Supprimer
  8. Bonjour, Michelaise

    Le fumet, encore le fumet, toujours le fumet...
    En odeur de Sainteté...
    Merci beaucoup.
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de problème Herbert, le fumet du gorgonzola n'est pas aussi fort que celui de nos bleus, et c'est, je te l'assure, plutôt appétissant ! bonne soirée !!

      Supprimer
  9. Miam ! si "la sauce se "coince" au milieu de la spirale" et qu'elle "imprègne la pasta", je ne peux qu'adorer, en effet !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Astheval, vue !! prise en flagrant délit de gourmandise...

      Supprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL

3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Enfin cliquer sur Publier

Le message sera publié après modération.

Voilà : c'est fait.
Et d'avance, MERCI !!!!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...