jeudi 25 avril 2013

ZIEM A PARIS



Ziem n'a pas toujours été vieux et célèbre ! Et c'est heureux, car le succès lui a parfois joué des tours. Oh certes, on a du mal à y croire car, après avoir été un des peintres les plus chers de sa génération, il a connu une très nette désaffection dans la première moitié du XXème, due au fait qu'il était impossible de le classer dans les impressionnistes ! Et pendant de très nombreuses années, sur le marché de l'art XIXème, cela s'est révélé rédhibitoire. Puis la mode des orientalistes est passée par là, et sa cote a remonté. Car après en avoir rêvé toute sa vie, il a fini par joindre les rives du Bosphore, arpentant enfin Istambul à l'ombre des coupoles et des minarets et par pouvoir peindre ces ambiances orientales qu'il avait tant imaginées, voire même recréées dans son jardin de Martigues.


Excellent dessinateur, il est aussi fasciné par les couleurs : ses croquis, devant servir à réaliser les toiles que les amateurs s'arracheront car il va vite plaire, en sont la preuve. "Gris chaud, vigoureux, argenté, rouges dans l'ombre, balustrades brun orangé"... il annote les marges de ses dessins pour s'en souvenir devant son chevalet, quand il reproduira Venise et d'autres horizons pour les amateurs passionnés par la Lagune.

 

Né en 1821, il commence sa carrière au temps de Delacroix et la terminera comme contemporain de Picasso. Ses premières armes, dès lors qu'il est "monté à Paris", il les fait aux alentours de Barbizon avec Millet, Rousseau, Troyon, Diaz de la Pena... Il s'installe dans une roulotte atelier pour être plus près de ses sujets, et peint la nature avec bonheur. Mais cela ne lui suffit pas.


Il a déjà séduit le duc d'Orléans par ses talents de dessinateurs, et garde de sa période méditerranéenne un sens aigu de la couleur. Il a beaucoup voyagé, Italie, Russie, Hollande, Belgique, Allemagne, Angleterre, Écosse. Ses vedutte de Venise séduisent, et il prend un peu trop l'habitude d'une production facile et élégante, qui se vend bien et gâcheront un peu sa réputation, on se méfie toujours des peintres dont le succès commercial a été trop avéré de leur vivant. Ce qui est fort injuste car il y manie la lumière avec une virtuosité qui fait de lui un vrai spécialiste de la Lagune.


Il excelle dans le rendu des transparences de l'eau, qu'il a d'abord "notées" sur ses carnets de croquis, et qu'il reproduira à l'envie pour honorer les commandes qui affluent. La ville lui inspire ses plus belles toiles, il y reviendra souvent (plus de 20 fois), y tombera amoureux de la belle Lina qui partagera sa vie et surtout aimera y multiplier les points de vue et les sujets pittoresques. Il loue des embarcations qu'il aménage en atelier flottants et se régale à saisir les moindres nuances du ciel dans la Lagune. Visiter l'exposition J'ai rêvé le Beau, c'est un peu s'offrir une escapade vénitienne.



Puis en 1856, Ziem a enfin l'occasion d'aller à Constantinople et, dès lors, ses toiles se teintent d'un oranger un peu trop entêtant, de brumes suggestives et de couleurs exotiques. Il décline la silhouette de Sainte Sophie sur toute la gamme, et y acquiert cette étiquette d'orientaliste qui assurera son succès vers la deuxième moitié du XXème.


C'est enfin un peintre de marine hors pair, qui a un sens très aigu du vent dans les voiles, des embruns sur les drapeaux et du mariage entre la mer et le ciel. C'est peut-être cet aspect de Ziem qui m'accroche le plus, même si ses vues de Venise sont et restent incomparables et pleines d'un charme jamais pris en défaut. J'ai pourtant, amoureuse de Ziem depuis ma plus tendre enfance, été un peu déçue par cette exposition. Sans doute pour en avoir admiré de trop beaux dans les musées du midi et d'ailleurs, et sans doute aussi, et surtout, parce que l'exposition montre la quasi intégralité de la donation de l'artiste au musée de la ville de Paris. Or Ziem, nous le savons, vendait fort bien et fort cher ses toiles quand il fit cette donation : on peut imaginer, sans mauvais esprit, qu'il ne donna pas les œuvres les plus courues et que les amateurs s'arrachaient à prix d'or. Il avait légitimement le droit de donner celles qui avaient moins plu et lui étaient "restées sur les bras". C'est sans doute pour cela que ce ne sont pas des œuvres de premier plan qu'offre cette manifestation, mais d'honnêtes toiles qui permettent de découvrir et d'apprécier le peintre. Par contre, la collection d'aquarelles et de dessins est de toute première importance.


Mais ne crachons pas dans la soupe : c'est une exposition fort intéressante, d'un calme absolu (cela n'a pas de prix !!), très bien agencée comme toujours au Petit Palais et qui vaut absolument la visite. Elle mérite largement l'enthousiasme qu'"Autour du Puits" déploie dans son article !!  J'ai rêvé du beau, est, en effet, présentée jusqu'au 4 Août 2013, et si vous passez par Paris, n'hésitez pas.Vous y passerez un excellent moment.

Ziem dans un style un peu inhabituel, décoratif en diable mais maniant le mouvement et la couleur avec un talent d'aquarelliste : ces flamands qui s'envolent dans l'air du soir sont vraiment très évocateurs.

14 commentaires:

  1. J'avais découvert ce peintre grâce à Françoise et tu me donnes toi aussi envie d'aller voir cette expo si j'arrive à aller à Paris avant qu'elle ne se termine... le dernier tableau est magnifique mais j'avoue que ses tableaux sur Venise me séduisent particulièrement... le succès a toujours eu un arrière goût de mauvais gout justement, quelle injustice, c'est encore vrai de nos jours!
    bon weekend Michelaise !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout de même impressionnant qu'un peintre d'un tel talent, et finalement si célèbre en son temps, ait pu tant pâtir de la vogue des Impressionnistes, comme trop de ses semblables d'ailleurs

      Supprimer
  2. Déjà le billet d'Aloïs m'avait permis de vouloir découvrir en vrai ce peintre et ton billet le confirme. Ce n'est pas une semaine qu'il me faudrait pour voir toutes les expo à Paris mais au moins deux !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et sept vies pour profiter de tout !! Merci Enitram

      Supprimer
  3. je connaissais surtout ses représentations de Venise, cette expo a l'air très intéressante, je n'aurais pas l'occasion d'y aller, alors merci de nous la faire découvrir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ce sont surtout ses Venise qui lui ont permis d'être encore connu... mais ses ports de Martigue et autre représentations du Sud sont magnifiques aussi

      Supprimer
  4. Je voulais juste poser une question. Ta réponse à Eimelle répond presque à la mienne mais, quand même.
    Pourquoi les parisiens ne parlent-ils que de Venise et de Constantinople quand il parle de Ziem ? Alors que cet artiste rentré au Louvre de son vivant fut un gros fournisseur.
    Il y a tout de même autre chose, et le musée Ziem de Martigues est a visiter absoooooooolument (comme diraient les habitants de la capitale) pour y découvrir d'autres facettes de l'artiste. Et ces toiles peintes dans son atelier de la villa "Baie des Anges" à Nice valent le détour aussi.
    Et tiens même de très beaux paysages de PARIS et oui!
    Alors Venise, Venise, Venise oui d'accord mais, pas que hein?
    Gros bisous Michelaise et merci pour ce joli billet sur un peintre que j'affectionne particulièrement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais Mireille, l'étiquette provincialisme" est "mortelle" pour les artistes et autres écrivains !! Ils ne peuvent, s'ils veulent être connus et reconnus, que la faire soigneusement oublier... Donc Ziem est devenu célèbre avec ce qui n'était pas provincial : Martigues et la méditerranée étaient plutôt un handicap ... Nous l'avons toujours connu car nous avons vu ses toiles "sur place", dans le midi !! Mais les marchés de Marseille et autres port de Martigues ne suffisait pas à se faire un nom. Venise, par contre, est plus porteur... Bien sur qu'il faut aller visiter le musée de Martigues si on veut mieux le connaitre !! ces toiles-là sont moins commerciales et donc, je trouve, plus belles que celles du Petit Palais. D'où ma légère déception, mais si l'expo amène les parisiens à venir à Martigues, tant mieux, tant mieux...

      Supprimer
  5. Ce n'était pas tant les toiles de Ziem que la quiétude du Grand Palais qui me rendait enthousiaste ,enthousiasme que je déployais dans mon ....le terme de "billet" suffira amplement!!
    Restons modestes
    Après la cohue de Chagall ce calme était bienvenu
    Je suis surprise du reste que tu aies supporté le monde au musée du Luxembourg je revois encore ta tête, ton dégoût et ta fuite immédiate un jour à Orsay et les conditions n'étaient pas pires au moins nous avions de l'espace ce qui n'est pas le cas hélas au musée du Luxembourg

    RépondreSupprimer
  6. Bon, ben j'y vais demain à toute allure, je ne connais rien de ce peintre, je m'en vais juger par moi-même et surtout s'il n'y a pas foule, ça me plaira davantage encore...

    Bises du jour chère Michelaise.

    RépondreSupprimer
  7. Pas demain mais mardi, zut il faut que j'attende un jour de plus, mon enthousiasme est tout neuf...

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, fermé le lundi !! Je suis à peu près certaine que tu apprécieras Ziem Danielle, tu as raison d'aller au Petit Palais, en plus c'est vrai, tu y seras au calme ! N'oublie pas de saluer le matériel de Renoux au passage !!!

      Supprimer
  8. Nous avons la chance d’avoir près de chez nous dans le sud un Musée Ziem, petit, mais gratuit : à Martigues, si vous passez par là…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petit mais très riche, et avec, à mon sens, des Ziem de bien meilleure qualité que ceux que le peintre offrit au musée parisien !! Mais bon, Ziem m'a permis de vous situer géographiquement !!

      Supprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL

3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Enfin cliquer sur Publier

Le message sera publié après modération.

Voilà : c'est fait.
Et d'avance, MERCI !!!!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...