mercredi 28 mai 2008

LE GRAND ECART

Lorsque j'étais jeune fille, et que, comme toutes les jeunes filles de l'époque qui rêvaient de devenir hôtesse de l'air (une autre époque donc, n'est-ce pas !!! je lisais assidument les aventures de Shirley Hôtesse de l'Air, qui, comme il se doit, était discrètement amoureuse du sémillant Tony Garland, commandant de l'avion sur lequel elle volait) ou danseuse, j'avais obtenu à grand peine de maman qu'elle m'inscrive à un cours de danse. L'aventure fut de courte durée, car ça l'ennuyait fort d'avoir à me conduire à ces cours, et, avec l'active et toujours efficace complicité de papa, il a suffit d'un zéro en géographie pour que je sois, à peine 3 mois après le début des cours, définitivement privée d'entrechats. Il fut décidé que c'était cette activité frivole qui me perturbait, et que mes études (à quelle fin, je vous demande un peu !) primaient. Adonc, exit la danse. Et sans repéchage possible, tous les 20 en géographie n'y auraient rien fait. J'en ai sans doute conçu une répulsion tenace pour cette discipline, et j'ai gardé depuis une sorte de blocage qui m'a faite l'ennemie jurée de tous mes profs de géo. En terminale, j'ai passé la moitié du cours au piano (j'arrivais systématiquement avec une demie-heure de retard) et l'autre moitié sous ma table, allez savoir pourquoi, en gloussant comme une dinde avec ma fidèle complice. Celle qui m'a fauché mon "amoureux" quelques temps après !
Mais revenons au grand écart : cette figure absurde et pas particulièrement élégante était le rêve ultime (et fort improbable) de toute danseuse débutante, et on chuchotait, sans trop comprendre de quoi il retournait (on avait 10 ans à peine !) que c'était dangereux pour la virginité. On prétendait que cela pouvait déchirer l'hymen, et une telle perspective remplissait d'effroi les gamines ignorantes que nous étions, qui avaient reçu, malgré leur absence total d'éducation sexuelle, le mot d'ordre incontournable selon lequel uns jeune fille doit "arriver vierge au mariage". C'est assez hallucinant de penser que, pour nous, ce principe, dont on ne savait même pas ce qu'il signifiait, ni quelles étaient ses applications pratiques, nous avait été inculqué, et qu'il était inconcevable pour nous de l'enfreindre. Alors, dans le doute, nous imaginions que la simple proximité un peu trop appuyée d'un garçon, était dangereuse. Un baiser suffisait peut-être ???
Plus tard, du moins en ce qui me concerne, les choses se sont un peu éclaircies car j'avais une maman très progressiste, en matière de libaration féminine, qui s'est soucié de mon éducation sexuelle, mais trop tôt, je lui ai déclaré vertement que "ça ne m'intéressait pas", m'a prôné le planning familial (mais en ado digne de ce nom, j'y suis allée sans le lui dire, en cachette, c'était tellement mieux), et m'a répété à l'envi qu'une femme devait travailler pour être "indépendante", principe absolu dont elle prétendait être un contre exemple désolant. C'était un peu injuste car elle n'avait aucune envie de travailler, et se satisfaisait avec un certaine illogisme de son rôle d'épouse au foyer, pouvant s'adonner à toutes ses petites passions, le bridge et la brocante en particulier.
Mais c'est clair, dans les années 60, ce n'était écrit dans aucune loi, aucun tribunal ne s'en préoccupait, mais la virginité était présentée par le tissu social comme "une qualité essentielle du conjoint", du moins en ce qui concernait les filles. Normal, dirons-nous, 1) parce que ça se vérifie le soir des noces (encore que !! plus d'un s'est fait avoir en la matière au cours des temps !) 2) et l'argument est plus sérieux, dans une société patrimoniale, la sécurité sur l'origine de la paternité des enfants à naître, était un souci permanent.
Vous l'avez compris, c'est le fameux verdict du tribunal de Grande Instance de Lille qui fait débat, qui m'a inspiré ce titre. Car quelques instants avant d'en entendre parler, avec les trémolos et autres réactions diverses qu'il suscitait, j'avais entendu un reportage sur le dernier circuit tendance réservé aux touristes féminines à New York. Vous ne pouvez pas l'avoir manqué, Sex and the City sortait en salle aujourd'hui, et les américains ont mis sur pied un circuit juteux sur les traces des 4 sémillantes célibataires sexy aux mœurs très libres. La virée dans les boutiques glamour, les sex-shops, les bars branchés et les clubs coquins a, semble-t-il, un succès grandissant, et l'ambiance, sous la houlette de guides très piquantes, fait un peu basse-cour gloussante.

Le "sex and the city tour" (il peut atteindre 15000 euros, en version luxe) draine plus de 1000 personnes par semaine et c'est le tour de New York le plus couru, même si les nanas en goguette qui le suivent, n'arrivent finalement pas à s'assimiler vraiment aux héroïnes de la série : "Non, dit l'une d'elle à Fabienne Synthès qui lui demande si elle se prend un peu pour Carrie, je suis très pauvre et très vierge !". L'écart n'était peut-être pas aussi grand qu'il y paraît entre ces deux infos !

6 commentaires:

  1. Tu es vraiment très tendance Nicole... ton blog parle avant le mien de la sortie de Sex and the city ! Et j'aime beaucoup le prélude !
    Je suis allée voir le film hier, et je m'attendais à du culcul la praline, et à avoir vu tous les gags dans la bande annonce... bon il faut dire j'adore la série...mais franchement j'ai adoré le film aussi ! Très drôle, pétillant, des gags drôles mais pas "lourds" des trucs de filles, des conversations de filles, des fous rires de filles, des envies de filles, des amours de filles, des prises de têtes de filles, le sexe vu par les filles, les hommes vus par les filles... et un sacré défilé de mode ! Euh oui faut le dire de la boucle d'oreille au collier, en passant par le foulard, la ceinture, le chemisier, le soutif, le sac et of course la paire de shoes... tout y presque splendide ! Et puis finalement des sujets d'actualités qui sont là dans nos vies, mais sans tomber dans le cliché... non franchement j'ai passé un bon moment, et je crois que les 2 mecs qui étaient dans cette salle de nanas se sont bien marrés aussi !

    RépondreSupprimer
  2. Françoise DEA2 juin 2008 à 14:33

    Je crois avoir vu une fois un épisode de "sex and the city",sur les conseils d'Emilie mais ça criait dans tous les sens , bouf! ça m'a fatiguée, j'ai fermé…
    Oui moi aussi j'ai lu les Shirley et autre BB or ! c'était génial ! ça m'a fait plaisir de revoir cette couverture oubliée !
    Moi, je croyais que tu allais en venir au fameux procès qui a dissout ce mariage parce que la fille n'était pas vierge et ne l'avait pas avoué à son futur époux..... eh bien moi je dis heureusement que ce mariae a été dissout, car l'avenir n'aurait certaienement pas était rose !!!

    RépondreSupprimer
  3. C'est bien sûr à cette histoire que mon article fait allusion, mais je ne voulais pas en rajouter au concert des protestations !
    Super n'est-ce pas le souvenir de Shirley hôtesse de l'air, moi aussi ça m'a fait plaisir de revoir cette couverture ! Si tu suis le lien, tu en verras d'autres... nostalgie quand tu nous tiens !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai vaguement lu un article dans la presse française sur cette histoire d'annulation de mariage... bon ouais je comprends pas trop le but, y en a qui pourront faire annuler leurs mariages et les autres ils seront tout simplement divorcés ? Pas fair pour moi... on a tous une bonne raison pour pas divorcer mais tout simplement annuler... et pas se trimballer toute sa vie avec l'étiquette de "divorcé" sur tous les papiers administratifs !!!

    RépondreSupprimer
  5. Justement, dans la mesure où le divorce existe, il est question de supprimer cette possibilité d'annulation. Elle a un sens pour le mariage religieux, puisque sinon on reste marié, mais elle n'en a en effet aucun pour le mariage civil, y a qu'à divorcer... mais d'un point de vue juridique, l'annulation se justifie par le fait que le mariage est un contrat, et en tant que tel, exige pour être valable, le consentement éclairé des parties. Or, si ce consentement est faussé (et en l'espèce c'est ce qu'a prétendu le mari pour obtenir l'annulation), les conditions qui permettent au contrat d'être valable ne sont plus réunies. Ce qui est choquant dans cette histoire, c'est l'argument utilisé !

    RépondreSupprimer
  6. Françoise DEA2 juin 2008 à 21:04

    Les gens sont complétement fous, moi je n'ai plus envie de suivre, je suis hors société .......

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL

3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Enfin cliquer sur Publier

Le message sera publié après modération.

Voilà : c'est fait.
Et d'avance, MERCI !!!!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...